Pourquoi je suis devenue gardienne de cercles

Dans le milieu du bien-être, les cercles de femmes, les tentes rouges, les cercles de parole mixte, à thème... Bref, tout cela prend de plus en plus d'ampleur depuis un moment maintenant. Je voyais ces événements passer sans trouver le temps, le moment pour y participer. Bref, cela restait en suspens.


A un moment de ma vie, le stress que je ressentais en moi était très fort. Je me sentais vidée, au bout du rouleau et fatiguée comme jamais. Un soir, je prenais une longue douche pour tenter de me détendre. À la fin de ma douche, ma petite voix m'a dit de m'asseoir quelques instants dans ma baignoire. Je tentais de faire le vide dans mes pensées et me détendre. C'est là que j'entendis comme un 'poc' et du sang se mis à couler. Beaucoup de sang. Je faisais une fausse couche. Je faisais une fausse couche alors que je ne savais même pas que j'étais enceinte.




J'étais choquée. J'avais toujours voulu avoir des enfants mais n'étais jamais tombée enceinte à ma connaissance. Une des premières choses que j'ai ressentie fut de la culpabilité : comment moi qui suis connectée à mon corps, j'avais pu passer à côté de quelque chose d'aussi important !?


Oui... Quand quelque chose qui nous affecte se passe, on a plutôt tendance à soit rejeter la faute sur l'autre, soit se blâmer soi. Pas évident de prendre de la distance et de voir les choses pour ce qu'elles sont à l'instant T, n'est-ce pas ? Je n'avais pas prévu de tomber enceinte. D'ailleurs, je croyais que j'étais stérile. Il y avait donc une bonne nouvelle dans ce tsunami émotionnel : je ne suis pas stérile.


J'ai commencé à chercher ce que je pouvais faire pour me sentir bien ou au moins, mieux.

C'est sur les conseils de mon amie Amélie Bridot de Komizo que j'ai alors assisté à mon 1er cercle de femmes. J'ai d'ailleurs assisté à 2 cercles la même semaine. L'écoute, le non jugement, la bienveillance, la confidentialité m'ont permis de venir déposer ce qui me pesait. La puissance de la sororité m'a profondément touchée à cet instant.



J'ai continué à assister à des cercles de femmes (appelés aussi Tentes Rouges) jusqu'à ce que Lucie Codiasse lance sa première formation pour devenir gardienne de cercle et ainsi avoir la possibilité d'animer moi-même ces cercles qui m'ont fait et me font tant de bien.


Cette épreuve, beaucoup de femmes y sont confrontées. De mon côté, ce chemin m'a aidé à transcender cet événement.


Et depuis ? J'ai commencé par organiser des cercles mixtes puis des cercles de femmes à distance sur Zoom et aussi en présentiel et depuis, je continue que ce soit en tant que gardienne de cercle ou de participante.


L'intention que je dépose à chaque cercle que je propose est qu'il puisse faire au moins autant de bien aux participantes qu'ils peuvent m'en faire :)

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout